Accueil > Autorité parentale, Divers, Mineurs > Améliorer le sort des familles nombreuses

Améliorer le sort des familles nombreuses

L’Unaf vient de publier une étude qualitative sur les familles nombreuses qui représentent 18 % des familles avec enfants. Si la famille nombreuse favorise le partage, la responsabilisation et l’entraide, elle est source également de complications à tous niveaux : budget, logement suivi scolaires, conciliation entre vie professionnelle et vie familiale…

Quelques pistes à destination du Gouvernement :

  • En termes de fiscalité sur le revenu, les parents rencontrés aimeraient adapter les aides à l’année N pour être au plus près des réels besoins ressentis et mieux faire face aux imprévus (séparation, chômage …).

 

  • En termes de soutien financier, ils souhaiteraient davantage d’aides ayant trait au logement : aides à l’énergie (déjà présente à Paris dans certains cas), sous forme de crédit d’impôt.

 

  •  En termes de services et d’aides, on note de fortes attentes concernant les aides pour supporter la pression permanente, le manque de temps consacré aux liens familiaux et au couple.

 

  • En relation avec la scolarisation, les études et le temps périscolaire, de très nombreuses attentes émergent, en termes d’aménagements d’aides actuelles et / ou de soutien nouveau :

– des tarifs dégressifs pour la restauration scolaire et les centres de loisirs (primaire et secondaire) en fonction du nombre d’enfants ;
– le regroupement des enfants sur la même carte scolaire en primaire, acceptation des demandes de dérogation pour permettre aux enfants de la même fratrie d’être dans la même école / le même centre de loisirs ;
– le fait de pouvoir conserver les aides tant que l’enfant est étudiant ou cherche du travail et est logé par les parents (contre l’arrêt à 20 ans) ;
– l’aide aux devoirs plus systématique au sein de l’établissement scolaire, de façon à rentrer à la maison les devoirs faits, pour décharger les parents et les grands enfants ;
– l’aide à l’orientation : plus de conseils pour les parents sur les questions d’orientation des jeunes, en fin de 3ème afin de pouvoir aider davantage leurs enfants sur la recherche de stages, de formations ;
– un soutien financier pour faire des études coûteuses pour les familles nombreuses, les jeunes se censurant parfois pour éviter des dépenses trop importantes à leurs parents.

  • En relation avec l’information :

– un dispositif pour mieux connaître les aides existantes, le droit des familles : un lieu bien identifié, réel ou virtuel, imaginé en fonction de la situation réelle des personnes. Les « points info-familles » ne sont pas suffisamment nombreux pour être connus ;
– des espaces dédiés au soutien à la parentalité, comme la « maison des familles » où l’on obtient des informations, des conseils concernant le relationnel avec les adolescents, leurs problèmes. Par exemple sur les addictions (la drogue, la cigarette, l’alcool).
Mais aussi des conseils en cas de soucis administratifs, médicaux (dyslexie…).

  • En relation avec les soins médicaux, ne pas être pénalisé parce qu’on a trois enfants et plus :

– une tarification « famille nombreuse » ;
– la possibilité d’avoir une visite d’un médecin à domicile / visites groupées (+ tarifs groupés) ;
– avoir plus de jours « enfant malade », que ça soit proportionnel au nombre d’enfants et pas aléatoire en fonction de l’employeur ;
– avoir un remboursement des consultations non prises en charge, type psychologues, ostéopathes.

  • En rapport avec le droit du travail :

– un congé parental qui soit aussi long qu’avant pour les mères ;
– Et / ou mieux rémunéré.

Lire l’étude Portraits croisés de familles nombreuses, Études qualitative n° 12, septembre 2017

Categories: Autorité parentale, Divers, Mineurs Tags:
  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks