Accueil > Adoption, Assistance éducative, Mineurs > Protection de l’enfance et adoption : participer aux débats

Protection de l’enfance et adoption : participer aux débats

L’Observatoire national de l’enfance en danger et l’Institut des mineurs de Bordeaux ont le plaisir de vous convier à assister au débat qui se tiendra à l’occasion de la sortie du rapport élaboré par le groupe de travail « Protection de l’enfance et adoption » , installé par la ministre déléguée à la famille, intitulé :
 
« 40 propositions pour adapter la protection de l’enfance et  l’adoption aux réalités d’aujourd’hui » 

en présence des membres du groupe de travail, de la présidente, Mme Adeline Gouttenoire, et de la rapporteure, Mme Isabelle Corpart, le :

Lundi 2 juin 2014
de 14h00 à 16h30
Au Cedias, Musée social,
5, rue Las Cases – 75007 Paris 

 Le rapport en ligne : http://oned.gouv.fr ou http://idm.u-bordeaux4.fr
 
Nous vous prions de faire part de votre présence en indiquant nom, prénom, fonction,
organisation à : inscription@oned.gouv.fr
Entrée libre.

Categories: Adoption, Assistance éducative, Mineurs Tags:
  1. 16/05/2014 à 19:00 | #1

    C’est bien de changer la loi, mais faut il que cela soit dans le bon sens, car, au vu des graves problèmes avec le système de la protection de l’enfance (placements abusifs, non-respect des droits de visite, aliénation administrative du parent, etc.), je ne vois pas comment, par cette loi, vous pourrez avoir un meilleur contrôle des abus des services sociaux en rendant un enfant adoptable contre son gré et en faisant croire qu’il est délaissé, alors que ses parents se battent au quotidien pour le sortir du placement pendant des années. L’IGAS a d’ailleurs reconnu depuis 2001 et à plusieurs reprises que 50 % des 150 000 enfants placés ne devraient pas l’être, et la CNCDH en juillet 2013 a mis en évidence le non-respect des droits de la famille dans les mesures éducatives. Alors, avant d’ouvrir un supermarché (adoption) à enfants (soit disant délaissés) contrôlons sérieusement et sanctionnons les abus de l’ASE, par une vraie réforme du système bafouant les droits de la famille en permanence, alors que la France est signataire des droits de l’homme et de l’enfant.

  1. Pas encore de trackbacks