Accueil > Autorité parentale, Décisions > Déplacement illicite d’enfants : la décision rendue sur la demande de retour n’est pas exécutoire de droit par provision

Déplacement illicite d’enfants : la décision rendue sur la demande de retour n’est pas exécutoire de droit par provision

Saisi, par un père, en application de la Convention de la Haye du 25 octobre 1980 sur les aspects civils de l’enlèvement international d’enfants, d’une demande de retour en Italie de ses deux enfants déplacés en France par leur mère, un JAF rend une ordonnance constatant le caractère illicite du déplacement, ordonnant le retour des enfants au lieu de résidence habituelle et rappelant que l’ordonnance de référé est exécutoire à titre provisoire. La mère demande la suspension de l’exécution provisoire ; ce que lui refuse le premier président de la Cour d’appel de Grenoble. Pour la Cour de cassation, « c’est à bon droit que l’ordonnance [du premier président] retient, d’abord, que l’article 1210-5 du code de procédure civile disposant que la demande de retour est instruite et jugée en la forme des référés, la décision rendue sur cette demande n’est pas exécutoire de droit par provision et, ensuite, que la décision de retour ne statuant pas au fond sur l’exercice de l’autorité parentale, l’article 1074-1 du code de procédure civile ne lui est pas applicable ».

Civ. 1re, 20 janv. 2010, n° 08-19.267 (62 FS-P+B+I)

Categories: Autorité parentale, Décisions Tags:
  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks