Accueil > Autorité parentale > Droits de la mère face au désintérêt du père

Droits de la mère face au désintérêt du père

Bonjour,

Je me tourne vers vous dans l’espoir d’obtenir quelques informations quant à ma situations, ou quelques réponses à mes interrogations.

J’ai un fils de 6 ans qui ne sait pas qui est son père. Non pas qu’il ne le connaisse pas mais il ne s’en souvient pas, même sur les photos. Et pour cause, ce dernier a complètement coupé les ponts depuis bientôt 5 ans.

Nous n’étions pas mariés. Nous n’avons jamais  réalisé de démarche judiciaire afin de statuer sur la répartition de nos droits de garde ou sur le montant d’une pension alimentaire. A l’époque de notre séparation, nous avions réussi à nous entendre sur les modalités de la garde de notre enfant, et j’avais concédé que ma situation financière était suffisamment stable pour ne pas avoir besoin d’une pension alimentaire. Etant tous les deux d’accord, nous n’avons donc pas entamé de démarches, réservant cela de côté au cas où, peut-être, un jour nous ne nous entendrions plus et ne serions plus capables de se mettre d’accord.

Nous avons donc commencé en douceur. Monsieur est d’abord venu chez moi 1 jour par semaine afin de retrouver l’habitude de s’occuper de son enfant. Puis 1 weekend toutes les 2 semaines. Enfin il a commencé à l’emmener quelques heures à l’extérieur, seul. Puis il l’a emmené, comme convenu, 1 weekend sur 2. A l’approche de Noël, en 2013, il a demandé à l’avoir 1 semaine, pour les fêtes. Sa demande me paraissant légitime, nous avons donc convenu qu’il le prendrait une semaine et me le ramènerait dans la matinée du 25 afin qu’il puisse également profiter des fêtes avec mon côté de la famille. Mais voilà, pendant cette semaine, Monsieur n’a jamais donné de nouvelles ni répondu à mes appels. A l’heure où il était sensé revenir, il m’a appelée et m’a informé qu’il comptait le garder 3 semaines supplémentaires. Inquiète, j’ai donc parcouru les 400 km nous séparant et je suis tombée nez à nez, dans la rue de sa maison, sur sa grand-mère, visiblement très surprise de me voir, qui m’a informée que Monsieur lui aurait dit avoir un accord avec moi afin de se rendre chez elle, avec notre enfant, pour une durée indéterminée. J’ai donc repris mon fils et suis rentrée chez moi. Après cela je n’ai plus jamais eu de nouvelles.

Donc, depuis fin décembre 2013 il n’a jamais, pas une seule fois, essayé de prendre contact avec moi pour demander à voir ou prendre notre enfant, ni même pour avoir de ses nouvelles. Au début j’ai essayé de l’appeler, de lui envoyer des messages, mais tout est resté sans réponse. J’ai fini par abandonner, un peu découragée, mais je n’ai pas souhaité entamer de démarches, pensant qu’il reviendrait vers nous un jour, afin de ne pas le compromettre et lui laisser l’occasion de rediscuter ensemble de nouvelles modalités que l’on pourrait mettre en place ensemble. Financièrement, je n’ai jamais eu de soucis, je n’ai donc jamais eu besoin de son aide, c’était une autre raison de ne pas solliciter la justice. De plus, il ne me paraissait pas juste de solliciter une aide financière dont je n’avais pas la nécessité alors même que, visiblement, il ne désirait pas avoir de contact.

Mais me voilà bien embêtée aujourd’hui. J’ai refait ma vie depuis le temps, et je vais me marier l’année prochaine. Oui, mais je me marie à l’étranger, où j’ai l’intention de m’installer avec mon fils. Cependant, si mes souvenirs en droit de la famille sont bons, le déménagement à l’étranger constitue un acte important et qui donc, théoriquement, nécessite l’accord de l’autre parent. Et là commencent mes angoisses une foule de questions.

Comment obtenir cet accord alors même que j’ai complètement perdu le contact depuis 5 ans ? Quelles démarches effectuer ? Puis-je aller au-delà de cet accord si je n’ai aucun moyen de le contacter ? La justice peut-elle substituer à cet accord une décision rendue par elle-même ? Le retrait de l’autorité parentale (qui me parait excessive) va-t-elle être envisagée ? Quelles sont mes chances d’obtenir gain de cause et de pouvoir poursuivre ma vie sereinement ? Que se passera-t-il si ce Monsieur réapparaît subitement et me refuse la sortie du territoire ? Combien de temps tout cela prendra-t-il ?

Autant de questions qui m’empêchent de dormir (comme vous pouvez le constater vu l’heure à laquelle je poste ceci). Il est très dur pour moi de planifier mon avenir et celui de mon fils de façon sereine avec cette épée de Damoclès au dessus de la tête. Au quotidien c’est très usant. J’aimerais pouvoir trouver une solution qui soit correcte pour tout le monde mais j’en viens à me poser la question de l’intérêt de mon enfant. Est-il plus dans son intérêt de continuer à persister à vouloir une entente cordiale et amiable au risque de voir réduits à néant tous nos projets de vie ? Est-il plus dans son intérêt de mettre de côté mes réticences à user de la force judiciaire afin d’exécuter nos projets de vie ? J’en viens même à me demander si pour un enfant, le bonheur de sa maman a réellement un impact sur son développement plus important que le contact avec un père qu’il ne connaît pas.

Voilà, je suis navrée pour ce long pavé. Je vous remercie vraiment si vous avez eu le courage de tout lire. Si vous avez des suggestions, des informations, quoi que ce soit qui puisse m’aider à y voir plus clair et à m’orienter sur la voie la plus sage alors je vous en serais vraiment reconnaissante.

Categories: Autorité parentale Tags:
  1. Alexandre BOICHE
    07/06/2018 à 18:39 | #1

    Chère Madame,

    Si le père a reconnu votre fils dans l’année de sa naissance il est titulaire de l’autorité parentale. Aussi si vous envisagez de quitter la France pour vous installer à l’étranger avec votre futur époux il faudrait avoir l’accord du père et à défaut l’autorisation du juge.
    Compte tenu de l’absence du père dans la vie de votre enfant, je pense que vous devriez solliciter un exercice exclusif de l’autorité parentale. Cela faciliterait vos démarches aujourd’hui et aussi dans le cadre de votre projet de départ à l’étranger. Peut-être aussi que cela peut le faire réagir.
    Votre bien dévoué.
    Alexandre BOICHE

  1. Pas encore de trackbacks