Accueil > Mariage > Le prix Choucri Cardahi décerné à une thèse de droit de la famille

Le prix Choucri Cardahi décerné à une thèse de droit de la famille

Benoît de BOYSSON, maître de conférences, recevra le 14 novembre prochain le prix Choucri Cardahi de l’Académie des sciences morales et politiques, pour sa thèse « Mariage et conjugalité, essai sur la singularité matrimoniale ». 

Cette thèse, soulevant des problématiques particulièrement importantes et contemporaines, s’attache à définir le mariage et à le confronter tant aux réalités présentes (dont l’émergence du concubinage et la création du pacs) qu’aux enjeux actuels (dont la question des couples de même sexe, la procréation médicalement assistée). Cette recherche dépasse néanmoins le seul mariage pour s’intéresser à la conjugalité en général et à un certain nombre d’autres notions (concubinage, couple, famille, procréation, institution, vie commune, égalité, etc.). Elle s’achève par quelques propositions de réformes concrètes pour améliorer le pacs et le mariage, et pour redonner sens et cohérence au droit de la famille.

Ce prix Choucri Cardahi, attribué en principe à « un ouvrage ou une œuvre dans son ensemble, écrite en langue française, ayant traité de façon particulièrement brillante un sujet de droit international, de philosophie du droit ou de morale », est depuis quelques années remis par la Section « Législation, droit public et jurisprudence » de l’Académie à des thèses de droit, selon des critères d’excellence. Ont par exemple été primés en 2009 Catherine Sévely-Fournié pour sa thèse Essai sur l’acte juridique extinctif en droit privé français. Contribution à l’étude de l’acte juridique, en 2008 Charlotte Goldie-Genicon pour sa thèse Contribution à l’étude des rapports entre le droit commun et le droit spécial des contrats, en 2007 Laurent Eck pour sa thèse sur L’abus de droit en droit constitutionnel.
 
En attribuant ce prix à la thèse de Monsieur de Boysson, l’Académie valorise la recherche universitaire en droit de la famille. C’est d’ailleurs la première fois que ce prix est attribué à une thèse familialiste depuis sa création en 1997. C’est au fond la crédibilité juridique de cette spécialité qui est un peu plus reconnue, si cela était encore nécessaire.

Faut-il le rappeler, le droit de la famille est bien du droit ! On ne s’improvise pas spécialiste du droit de la famille.

Categories: Mariage Tags:
  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks